Karamel Paris : du caramel, un peu, beaucoup, PARTOUT

img_1425img_1428img_1426Amis becs sucrés, cet article vous est dédié !

Il y a quelques mois a ouvert un temple, ô mais que dis-je, LE TEMPLE du caramel, j’ai nommé Karamel  ! Une pâtisserie/salon de thé déclinant la pâte sucrée brunie (trouver un synonyme de caramel n’est pas chose aisée) sous toutes ses formes.

A l’entrée de Karamel, une grande bibliothèque réunissant non pas des ouvrages mais des coffrets composés de caramels mous, des pâtes à tartiner aux associations parfois surprenantes (caramel de framboise ou encore caramel citron vert), des tablettes de chocolat et autres plaisirs sucrés. En face de ces étagères bien garnies se trouve la vitrine dans laquelle se côtoient pâtisseries (d’apparence) traditionnelles et créations originales.

En voyant toutes ces merveilles derrière la vitre, la gourmandise a encore une fois pris le dessus sur la raison. « Pourquoi prendre une pâtisserie quand on peut en prendre sept ? » Pour ma défense, nous étions deux à se partager ce festin. Et puis, il y a trois mignardises donc ça ne compte pas vraiment … roh et puis j’assume 😉

Dans nos jolies assiettes en porcelaine dépareillées :

  • un flan : Le flan est l’une de mes pâtisseries préférées. Pour en avoir testé un paquet, je dois dire que la version Karamel se distingue nettement de tous ceux que j’ai pu goûter.  Belle pâte feuilletée, appareil compact comme je les aime et surtout un goût subtil de caramel. C’est léger, peu sucré, très bon !
  • une tarte au chocolat :  De visu, cette tarte envoie du lourd. Je vous rassure (ou peut-être pas d’ailleurs), le goût envoie lui aussi du très très lourd. Du caramel à la fleur de sel et à la vanille, une ganache chocolat  66%, des noix de macadamia… UNE FOLIE ! Contrairement à son voisin le flan, la tarte est plus sucrée mais bien dosée donc tout va.
  • une brioche fourrée :  Prenez une brioche bien feuilletée (= pas mal de beurre), insérez y un volcan de caramel à l’intérieur et vous obtenez le Kararolls. J’en suis encore à me demander comment une brioche peut contenir autant de caramel. #FOODPORN
  • un bol de teurgoule : Encore dans son récipient, on vous sert la teurgoule à la louche en mode bonne franquette c’est mamie qui l’a fait. La teurgoule, késako ? C’est un riz au lait cuit au four, une spécialité qui nous vient de Normandie. Texture onctueuse, goût légèrement caramélisé, peut-être pas assez sucré à ma goût.
  • une tarte à la vanille, une tarte citron meringuée et un rocher coco en mignardises : Le format mini est une super idée. C’est bien la première fois que je vois ça dans une pâtisserie. Les trois baby-tarts étaient exquises. Une petite préfèrence pour la tarte citron meringuée aussi goûteuse que surprenante. Le goût et l’aspect du dessert citronné avec un insert caramel coulant en plus.

Karamel c’est aussi et surtout un chef pâtissier, Nicolas Haelewyn (ancien de la maison Ladurée). Il parvient à « Karameliser » la Pâtisserie Française sans jamais tomber dans l’excès. C’est toujours subtile, habilement twisté… BRAVO !

Prix
Si les prix correspondent plus au moins à son emplacement (quartier chic), l’accueil est à saluer. Avec un service aussi agréable et souriant,  l’expérience n’en est que plus plaisante. Comptez en moyenne 6€/7€ la pâtisserie

Les +
Le choix
Le goût
Le service
La possibilité de manger sur place (une vingtaine de places assices)

Karamel Paris
67 rue Saint-Dominique, 75007 Paris

Lundi – vendredi : 7h30 -19h30
Samedi : 9h – 19h30
Dimanche : 9h – 19h

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s